Bas

Une spécialité devenue creusotine à part entière

TIR À L’ARBALÈTE FIELD
Le Journal de Saône et Loire
dimanche 28 décembre 2008

Recommander cette page

Le JSL logo 2008

Le Creusot, capitale de l’arbalète ? Depuis une dizaine d’années, les pensionnaires du club de tir ont creusé leur sillon, bidouillé armes et amélioré leur technique. Résultat, depuis 2001 ils ont décroché 15 titres nationaux dont 8 en 2008.

Jean-Paul Coussot vient de réaliser 598 points sur 600 à Romainville lors d’une épreuve sélective aux championnats d’Europe

Arbalète ou arc ? Attention, faut pas confondre surtout avec des garçons comme Jean-Paul Coussot. « L’arbalète existe depuis 3 000 ans, et en temps de guerre au moyen âge, elle était redoutée pour sa puissance et sa précision... ». Jean-Paul sait de quoi il parle, sachant qu’il vient de battre le record de France de la spécialité en réalisant 598 points sur 600. « La différence ? Au niveau du propulseur c’est le même, mais pour l’arbalète, l’arc est monté à l’horizontal sur un fût. On obtient également des puissances bien plus fortes avec l’arbalète, jusqu’à 95 livres le maximum autorisé, explique le champion, On positionne la flèche sur un rail, celle-ci est guidée. Le départ du coup est exactement le même que pour une arme d’épaule comme une carabine... ».

Selon Jean-Paul Coussot, l’arbalète Field est un sport individuel d’extérieur mais paradoxalement, c’est aussi un travail d’équipe. « L’arbalète, c’est un pot à mystères, un triangle des Bermudes dans le sens où nous ne sommes pas au maximum de ses possibilités » Le Creusotin signale par exemple qu’en terme de balistique sur les armes classiques d’épaule, tout est connu. Avec la Field il y a d’énormes progrès à faire, même s’il précise qu’en compétition le règlement est très précis, notamment au sujet des dimensions et poids de l’arme : « on ne peut pas faire n’importe quoi, mais en dehors d’une certaine fourchette, on fait ce qu’on veut ! ». D’où cette liberté d’amélioration qui plaît et convient particulièrement aux métallos du Creusot comme Antonio Marchésano qui apporte son expérience de la mécanique pour élaborer d’autres techniques sur les hauteurs de la ville : « c’est là que le travail d’équipe entre en jeu, nous partageons les sensations et les impressions de tir » souligne Jean-Paul en se tournant vers son ami.

L’équipe du Creusot peut être fière de ses huit titres nationaux individuels et par équipe obtenus en 2008


Du tir au pistolet à l’arbalète ;
Jean-Paul Coussot a débuté le tir sportif en 1975 et s’est arrêté en 82. Et puis Philippe Bagnard a croisé à nouveau le regard de Jean-Paul. C’était en 2001 et l’arbalète Field était à ses premiers balbutiements au Creusot. Le challenge à relever était intéressant, il y avait tout à faire : « Et comme j’aime bien avoir une petite équation à résoudre ! » souffle Jean-Paul Coussot. Sous l’impulsion de Philippe et André Bagnard, l’équipe creusotine s’est mise au travail : « Nous avons coupé, scié et taillé des arbalètes, c’était pas évident de modifier profondément la structure d’une arme, et difficile à accepter pour un président de club comme André Bagnard... ». Sourires. Curieux, Antonio Marchésano est venu rapidement renforcer l’équipe et apporter son coup de patte. Il fut suivi d’Henri Desbordes, André Parize et Virgilio Chioffi qui formèrent les équipes vétérans, seniors 1 et 2 du Creusot. Des équipes redoutées désormais sur tout l’hexagone puisque dévoreuse de titres individuels et par équipe ( trois en 2008 sur 8 ). « Aucun club en France ne peut se vanter de présenter un tel palmarès aujourd’hui, nous sommes présents sur tous les podiums et dans toutes les catégories » lance fièrement Jean-Paul Coussot avant de préciser que l’arbalète Field invite à travailler sur de nombreux paramètres, comme les projectiles soumis à la pluie et au vent, aux problèmes de cordes et aux puissances d’arcs à régler en fonction des distances de tir » précise celui qui a décroché sa sélection aux prochains championnats d’Europe en mars 2009 en Croatie. Adaptée au tir moderne depuis 1956, l’arbalète n’est pas une discipline olympique, mais le nombre croissant de participants et de licences laisse espérer des jours plus heureux. La FFTIR c’est 150 000 licenciés dont 5 000 à l’arbalète et 12 au Creusot. Pour l’instant.

Jean Claude Pierrat
dimanche 28 décembre 2008 - Le-creusot © Copyright Le Journal de Saône et Loire

Sélections Nationales Arbalète Field 18mètres.
Romainville 13/14 déc 2008

Les dernières nouvelles
Lettre d'info

Météo Le Creusot
11
10°C
ressentie
10°C

Averses
Vent :  28 km/h - ouest
Humidité :  78%
Pression :  982.1 mbar →

 Prévision sur 7 jours 

Mercredi  17 janvier
Pluie et neige mélée
5
5°C
2°C
Jeudi  18 janvier
Averses
12
8°C
3°C
Vendredi  19 janvier
Averses
11
5°C
N/D
Samedi  20 janvier
Faibles averses de neige
14
3°C
-1°C
Dimanche  21 janvier
Pluie et neige mélée
5
3°C
1°C
Lundi  22 janvier
Averses
12
6°C
4°C
Mardi  23 janvier
Orage épars
39
7°C
4°C
Maj  16 janvier 2018 à 20h00min
Latitude: 46.81° Longitude: 4.43°
Mots-clés
Partenaires
Sur la toile